Permis d'en rire

Un pendentif facétieux...

Une anecdote proposée par Jean-Lou O

Outre le fait d'être en fauteuil roulant, je suis sourd, mais alors ce n'est rien de dire que je suis sourd… comme un pot ! Un boulet de canon peut être tiré à 10 mètres de moi, j'en ressentirai certainement le souffle, les vibrations, mais n'entendrai rien ! Malgré tout, je suis "équipé" d'un appareil particulier, qui est composé d'un module électronique externe qui communique via une antenne avec une puce électronique qui m'a été greffée, et qui est "branchée" au cerveau (expliqué très (très) grossièrement !)     

Petit inconvénient, comme tout appareil électronique, il lui arrive de tomber en panne….

Je suis seul, chez moi, j'ai un système d'alarme, genre "Présence Verte", que je peux déclencher en cas de besoin extrême et qui alerte quelques personnes de mon entourage afin qu'elles viennent me secourir ! Je l'actionne avec un bouton poussoir sur un médaillon porté en pendentif. En cas d'alerte, vous appuyez et vous êtes relié à une centrale téléphonique via une boite micro/haut-parleur chez vous, vous communiquez ainsi avec des sortent de "gardiens", qui vous demandent vos besoins, avant d'alerter vos amis et leur demander d'intervenir s'il le faut. Il m'arrive par inadvertance de déclencher cette alarme, comme par exemple en me penchant sur une table. La communication s'établit alors :

" - Monsieur, avez-vous besoin de quelques choses ? Est-ce que tout va bien ?                                                                        

- Oui, oui, tout va bien, merci, excusez-moi c'est une fausse manipulation, mais tout va bien"

Et fin du processus…

Il y a quelques temps, je m'adonnais à une passion, le modélisme, et j'étais très affairé, concentré même, penché sur mon bureau, en train d'assembler les pièces d'un modèle réduit.

Or ce jour là où je "maquettais", mon appareil d'audition était parti en réparation, et soudain je sens sur mon épaule :

"Toc – Toc"

Je me retourne, et ……. alors là… j'ai dû faire un bond sur mon fauteuil : quelqu'un, debout, vêtu de gros cuir noir, avec un casque métallique sur la tête et des bouteilles à oxygène dans le dos. Imaginez… !!!

et quelques secondes après, un deuxième, identique, et lui me tend une ardoise où il y avait écrit : "est-ce que tout va bien ????"

Entre deux battements de cœur complètement emballé, j'avais compris…., et vous aussi !                            

Je n'avais, et pour cause, pas entendu qu'accidentellement j'avais dû déclencher l'alarme, ni qu'il avait tentative de communication de la part de la centrale, ni d'ailleurs le "PIM-POM" du camion dans la cour de l'immeuble quelques instants après, et comme personne de mon entourage n'était disponible suite à la demande de la centrale, celle-ci a suivi la consigne : "En dernier lieu, faites le 18" 

Dos à la porte d'entrée, je n'ai rien vu venir, ni entendu bien sûr lorsque que les pompiers sont entrés avec fracas chez moi en appliquant eux-mêmes leur propre consigne : "pénétrer coûte que coûte, mais surtout, très très vite"…

Je vous laisse imaginer l'état de ce qu'il restait de la porte d'entrée, qui ne fermait plus bien sûr !!!          

…à chacun son métier.

En attendant la venue du serrurier le lendemain, inutile de vous raconter ma nuit à dormir sur… mes 2 "oreilles" !

Partager Partager Partager

Retour à la liste des anecdotes

Un pendentif facétieux...