L'actualité

À la une   Quoi de neuf   3 questions à   Newsletter  

Estelle Ast, créatrice de la montre connectée WatcHelp

Posté le 1 novembre 2017 dans la catégorie 3 questions à par Pascale Casanova


Fotolia_107566840_SSD.jpg

Estelle, peux-tu nous dire qui tu es et pourquoi tu as mis au point WatcHelp ?

Je suis l'heureuse maman d'Allan qui a aujourd'hui 12 ans. Allan a été diagnostiqué comme autiste à l’âge de deux ans. Après avoir remué ciel et terre pour le scolariser et pour qu'il puisse bénéficier de la meilleure prise en charge possible, j'ai récemment décidé de mettre la priorité sur l'autonomie. Pour l’aider à ne pas se perdre dans l’accumulation des tâches du quotidien, j'ai imaginé un système d'envoi de consignes sur une montre connectée. Ainsi est née l'application WatcHelp.

 

Qu’est-ce que WatcHelp exactement ? Comment ça marche ?
 

Il s’agit d’une application qui favorise l’autonomie des personnes atteintes de troubles cognitifs et mentaux (Alzheimer, Trisomie, traumatisés crânien, TDA/H...). Elle permet de programmer une série de tâches à effectuer en les détaillant étape par étape. Les consignes arrivent sous forme d’images, de texte ou de pictogrammes sur la montre connectée qui vibre pour alerter l’utilisateur. La personne peut répondre d’un clic et l’aidant (parent ou professionnel) est tenu informé. L’application est personnalisable et s’adapte à chaque situation et à chaque âge.

 

Il semble que l’application remporte un réel succès, sais-tu pourquoi ?
 

Depuis maintenant deux ans, WatcHelp rencontre un succès inattendu. Je reçois de nombreux témoignages d'utilisateurs qui font chaud au cœur. Le constat est unanime : guidée par la montre pour les différentes tâches du quotidien, la personne est beaucoup plus autonome car elle n'a plus besoin d'avoir constamment quelqu'un derrière elle qui lui dise ce qu'elle doit faire. Autre point très important : WatcHelp fonctionne comme un véritable entraînement cérébral : à force de recevoir tous les jours sur sa montre les mêmes consignes, on constate que de nombreuses personnes finissent par anticiper et à faire les choses spontanément d'elles-mêmes. Du coup, les aidants familiaux, à qui on ne pense pas souvent, peuvent enfin souffler et avoir davantage de temps pour eux. 

 

Partager Partager Partager




Retour