Portraits

Christophe Debard

Des prothèses tibiales customisées et abordables

Sa date de naissance : 17 décembre 1979
Sa ville : Toulouse 31
Son pays : France
Son handicap : Amputé tibial.

Sa fierté : Créateur d'une prothèse personnalisable

Photo de Christophe  Debard

Christophe, tu peux nous décrire ton parcours, et nous dire qui tu es ? 


Suite à un cancer, j’ai dû être amputé en dessous du genou à l’âge de  13 ans. En pleine scolarité, j’ai poursuivi mon enseignement par correspondance (CNED) et ainsi pu finir mon année de 4 ème sans retard. J’ai poursuivi des études en informatique et depuis 5 ans, je suis ingénieur chez Airbus.

Durant les premières années qui ont suivi mon amputation, j’avais la crainte d’être rejeté, si cela avait été le cas, je pense que j’aurais pu mal le vivre et peut-être rejeter mon handicap…  

Aujourd’hui, je sais que si les gens sont gênés de voir ma prothèse, je n’en suis pas responsable, je n’ai jamais hésité à me mettre en short par exemple, c’est même devenu une fierté.


En dehors du travail, je m’adonne à plusieurs sports (VTT, windsurf, snowboard, tennis, badminton…) et mon amputation n’a jamais représenté une limite. C’est bon pour la santé et ça me permet d’évacuer le stress, c’est plus un loisir qu’une véritable volonté de performance. Ce que je trouve dommage, par contre, c’est de voir que le regard des gens change en fonction du contexte : lorsque je fais du sport, je ressens de l’admiration, mais si je suis assis à la terrasse d’un café avec ma prothèse visible, les gens portent sur moi un regard gêné car il existe beaucoup de préjugés sur le handicap en général…


J’accorde beaucoup d’importance à l’humain, à l’écoute et aux choses simples dans lesquelles les petits bonheurs se cachent. J’adopte depuis longtemps une attitude ultra positive, je retire de chaque expérience le meilleur, et cela me rend les choses plus faciles.


Parle-nous de ton projet « Print my leg »*


Mon projet « Print my leg » est de permettre à chacun de créer son esthétique de prothèse de jambe personnalisée grâce à l’impression 3D et aux nouvelles technologies. Qu’elle devienne un moyen de communication, en affichant fièrement sa différence et aide à changer le regard des autres sur le handicap. En faisant de l’adversité une opportunité, je peux changer ce qui peut sembler négatif en quelque chose de beau et d’attirant. L’aspect esthétique est très important pour les adultes et surtout pour les enfants qui peuvent se construire différemment avec leur handicap. Actuellement les prothèses esthétiques coûtent très cher, mon but est de permettre à chacun de créer ses coques personnalisées, que l’on puisse changer au gré de son humeur, de sa tenue, de son activité et cela pour moins de 100 €.

Ce projet met en avant une dimension sociale importante. En effet, la personne qui s’engagera dans ce projet devra s’ouvrir aux autres, en démarchant les FabLab* et en partageant et expliquant son projet. Le produit fabriqué sera, à la fin, le reflet de sa personnalité. C’est un travail sur soi-même et vers les autres qui s’engage et où tout le monde en sort gagnant. Je suis très heureux de constater la richesse des échanges qui ressort d’une telle expérience.

La conception du prototype a été possible grâce au ProtoSpace d’Airbus (un FabLab interne), au FabLab Artilect et à l’association « My Human Kit »* (association qui vise à développer la santé pour tous à travers l’invention et le partage). J’ai eu la chance d’être un des 9 projets de création de prototype lors du Fabrikarium* en 2016 à Toulouse. C’était ma première étape concrète pour faire changer le regard des gens et celui de la société.


Prochaine étape après ce premier prototype ?

La prochaine étape sera de partager mes sources afin que ce projet soit amélioré, adapté et reproduit, et qu’un maximum d’entre nous en profite et puisse montrer avec fierté sa différence et ne plus la cacher par crainte du regard de l’autre.


As-tu un dicton ou une phrase fétiche ?


« Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort » Friedrich Nietzsche

Partager Partager Partager

retour à la liste des portraits